AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 come what may, in the long summer nights (r)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raeha Dyer

avatar

Messages : 102
Avatar, © : jodie comer, mine.
Multicomptes : adrian, cornelia, tabby.
Pseudo : clau.
Age : twenty-seven.
Job : florist and resident village witch.
Status : i speak in prophecies and curses, not boy.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood:
Relationships:
RP: open (★★☆)

Message(#) Sujet: come what may, in the long summer nights (r)   Lun 8 Jan - 3:01


- Raeha and Diego -
come what may, in the long summer nights

La température n'est pas aussi clémente qu'elle aimerait, la jeune Dyer, pourtant elle n'y peut rien, ce n'est pas elle, la métrologue, la spécialiste. Et les nuages gris qui apparaissent, impossible de les faire disparaître. Non pas par manque de volonté, tous les bouquins de sorcellerie et de magie que possède la famille Dyer sont partout dans la cuisine, surplombant chaque aire de travail, ne laissant aucun espace à quiconque, aucune chance, d'entrer par la porte du jardin dans la somptueuse pièce du manoir. Du coin de l'oeil, elle le voit bien, ce regard qui tente avec quiétude de prendre toute son attention, de se faire savoir réveillée et présente. Mais pour une fois dans leur fichtre vie, Raeha avait eu un plan, une idée, qui eut sembler être extraordinaire. Puis, pour le bien de ses plantes, de ses fleurs, de son boulot, le soleil ne pouvait rester caché dans sa cachette pour toujours. Un long grognement accompagne le soupire, l'exaspération et finalement en tout dernier lieux, la capitulation. Livre par livre, elle les range, consciente de la sourie qui doucement se faufile près d'elle, qui ouvre la porte du jardin pour mettre les deux pieds nus dans la terre mouillé. Bien sûr, pense-t-elle en voyant l'enfant sauter dans les marres qu'on créer le mélange de terre et eau, la boue, le jeu préféré des enfants. À travers la vitre, une tasse de thé - légèrement coloré d'un peu de lait - au chaud dans un gros chandail de laine beige, elle observe le portrait de la petite, soit le sien. Du haut de ses trois ans, Luna lui ressemblait plus qu'elle ne voulait. Aventurière, toujours prête à sauver les petits animaux en danger, à vouloir s'occuper des chiens et chats qu'elle rencontre dans la rue, à s'intéresser au jardin, à cette chimie et science qu'est le jardinage, les plantes, les fleurs, les herbes. Elle veut découvrir, demande à ce qu'on ajoute du persil à tel recette, propose de mettre de l'origan par là-bas, incite à faire pousser de la lavande pour la simple raison que ça sent bon. Elle déborde d'une joie qui est propre à son âge, mais qui lui fait aussi rappeler le soleil qui découle de Daphne. Après une bouffé de chaleur - merci au thé - et un bain bien mérité pour l'aventureuse en herbe, elles se dirigent tout de même vers le Farmers Market de Fortingall afin de déniché quelques produits frais et pour découvrir les nouveautés de la saison et de cette nouvelle année. Habillés plus qu'il ne le faut - maman ours - et presque arrivé à leur point de rendez-vous, Luna saute hors de sa poussette - car Raeha se souvient d'une balade trop grande pour la petite blonde, durant laquelle elle dût porter sa petite dans les bras, et ce n'est pas la peine de dire qu'elle a souffert des épaules et du dos pendant près d'une semaine - pour se rendre dans une petite pâtisserie/boulangerie où le propriétaire lui refile toujours quelques sucreries aussitôt qu'il la voit. Et si elle souhaite que Luna reste près d'elle, ce n'est même pas la peine d'essayer. Certes, elle tente d'alléger la situation. Luna, fais atten-, elle s'interrompt, sa vision est vite remplit par la présence d'un homme, fin trentaine, au traits foncés, ô, dire qu'elle ne le reconnaît pas serait mentir. Raeha pourrait le reconnaître parmi des milliers. Elle qui a quitté l'Espagne il y déjà presque quatre ans, son avant-dernière destination avant de revenir à Fortingall. Avant d'avoir Luna. tion. Finit-elle à l'intention de sa fille, replaçant une mèche de ses cheveux - pêle-mêle - derrière son oreille, fixant l'homme. Diego, je ne pensais pas te croisé ici- Puis vient le cri strident de Luna: Maman, regarde. Un sourire et un regard vers sa fille, elle prend l'objet dans sa main, soit une énorme sucette qu'elle prendrait dix ans à manger et qui doit contenir des tonnes de sucres. Elle n'a pas le temps de dire quoique ce soit, ne pouvant pas oublier la vision de Diego en face d'elle. Tout fait du sens, en le voyant dans ce décor froid. Il est celui, à Fortingall, qu'elle avait voulu enterrer vivant, mais qui en Espagne, avait partager son lit pendant quelques semaines. Le temps d'une saison et ce fut terminé. Maman parle, mon amour. Interrompre un adulte n'est pas très poli, mais comment en vouloir à ce bout de soleil vibrant, de ne pas vouloir montrer sa joie à tout le monde. Instinctivement, Luna retrouve sa poussette, comme une sage enfant, et à nouveau, Raeha rapporte son attention envers Diego.

_________________
▪️ ▪️ ▪️  "i am not a flower and you are not the sun, i don't need you to keep me alive."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Lun 8 Jan - 17:00

Le marché de Fortingall, Diego l'avait vu et revu, dans son enfance, puis son adolescence. Lui qui avait vécu ici une vingtaine d'années penser le connaitre par coeur, tellement qu'il avait fini par l'éviter presque, préférant ne par s'y rendre plutôt que de croiser encore et toujours les mêmes visages, les mêmes marchands, les mêmes produits. Mais depuis son retour, c'était différent. Diego essayait tant bien que mal de renouer avec cette ville, sa ville, celle qu'il avait connu avant Madrid. L'idée de se promener sur le marché ce matin-là était parfaite. Il n'avait rien de prévu, et son incapacité à dormir plus de cinq heures sans faire de mauvais rêves concernant son frère le poussait à se lever tôt le matin, contrairement à ses habitudes madrilènes. Il ne mit par longtemps à prendre ses affaires après s'être préparé, et à quitter la maison pour se rendre sur le marché. Étonnement, rien n'avait vraiment changé, mais tout lui semblait plus réjouissant. Il n'y avait pas mit les pieds depuis tellement longtemps. Regardant successivement les stands et les passants qu'il croisé, il finit par marquer une pause lorsqu'il arriva devant une jolie blonde, un visage loin de lui être inconnu, mais qu'il n'avait pas vu depuis si longtemps. Elle ne semblait pas l'avoir oublié non plus, vu la façon dont elle le dévisageait. Un sourire s'afficha rapidement au coin de ses lèvres. Il était heureux de la croiser, Diego. Ça faisait longtemps, trop longtemps qu'il n'avait pas eu de ses nouvelles. Pourtant, ce n'était pas comme s'ils n'avaient rien traversé ensemble. — Raeha, ça alors. Je ne savais même pas que tu étais en ville. — La dernière fois qu'ils s'étaient vu, c'était à Madrid, et la belle demoiselle était en train de faire un long voyage dans toute l'Europe. Même s'il ne s'était pas vraiment posé la question, il l'imaginait vivre de folles aventures dans une des capitales, Paris ou Rome, probablement. Elle était comme ça, Raeha, à ses yeux. Toujours à vivre la vie à fond, sans jamais se poser, sans jamais s'arrêter. Mais voilà qu'elle était là, devant lui, à Fortingall. Sa ville natale. Leur parcours semblait moins différent que Diego ne l'aurait cru, finalement. Il s'apprêtait à reprendre la parole quand une petite tête blonde s'approcha d'eux, une sucrerie à la main, regardant Raeha. Maman. Il fronça les sourcils, regardant à tour de rôle l'enfant en bas âge et la jeune femme devant lui. Maman. Ça, il n'aurait pu l'imaginer. Reprenant ses esprits avant de sembler impoli, il sourit légèrement à la petite tête blonde, lui faisait un petit signe de la main. — Salut. — se contenta-t-il de dire, fidèle à lui même et à son incapacité à savoir quoi faire en présence de gamins. Il releva le regard vers Raeha, finalement, l'examinant rapidement. Il avait du mal à croire à cette situation. — Les choses ont l'air d'avoir... évolué, pour toi. Ça fait si longtemps que ça ? — Il accompagna sa remarque d'un léger sourire amical. Ça ne lui parraissait pourtant pas si vieux, leur histoire, leur été à travers la capitale Espagnole. Visiblement plus qu'il ne le pensait, ou elle n'aurait pas une fille déjà en âge de marcher et parler.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Raeha Dyer

avatar

Messages : 102
Avatar, © : jodie comer, mine.
Multicomptes : adrian, cornelia, tabby.
Pseudo : clau.
Age : twenty-seven.
Job : florist and resident village witch.
Status : i speak in prophecies and curses, not boy.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood:
Relationships:
RP: open (★★☆)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Mar 9 Jan - 2:02

Les rues du Farmers Market sont toujours bombé de gens, ce n'est une surprise pour aucun habitant de la ville, de se retrouvé parmi les milles et uns citoyens. Les différents marchands qui propose une marchandise quelque peu similaire aux souvenirs de Raeha, mais qui sont tout à fait nouveau pour la petite Luna qui est constamment dans l'âge d'apprendre et de découvrir. Certes, elle ne s'attendait pas à ce que ce petit bout blond haut comme trois pommes réussisse à conquérir le coeur de tant de commerçant. Pas au point de lui offrir des sucreries, friandises, crayons de couleurs, ou se genre de petites pensés que l'on peut avoir pour une enfant de trois ans. Parlant d'année, un sourire frôle ses lèvres lorsqu'elle réalise que tant d'année ont passé depuis son retour d'Europe. Ô comme elle aimerait y retourner, voir encore plus de ses pays et villes étrangères, de ses langues qui donnent envie de toutes les apprendre, même si elle aurait énormément de difficultés. L'homme, familier et à la fois lointain, lui fait rappeler, nostalgiquement cet autrefois auquel elle aimerait se plonger à nouveau avec une insouciance qui serait dévastatrice mais si apaisante. Le devoir cri, la ramène sur terre, les pieds immerger dans des bottes, le foulard au cou. Bien loin de ses aventures et de ses rêves de chaleur lointain. Son regard croise la neige le temps d'une simple seconde, le temps qu'il faut pour qu'il ouvre à nouveau la bouche. Évolué, utilise-t-il comme adjectif pour décrire leur parcours, leurs années sans se parler, se voir, ou même échanger le moindre communication. Comme un silence radio, Raeha eut coupé tous les ponts en quittant l'Espagne. Bien que sans le savoir, quelques mois après elle serait forcé de retourner chez elle, dans son Écosse natale. Elle adore son pays, là n'est pas le problème. Sa famille, ses cousines qui sont comme des soeurs, s'y trouvent. Non, le problème est cet envie de plus, de toujours plus qu'elle n'avait pas complètement assouvi. Mais, maintenant n'est plus le temps. Pas avec ce trésor qui est apparu dans sa vie avec surprise et méfiance. Et un grand brin de questionnement. Non pas tant, enfin, je ne pense pas. Dit-elle en riant légèrement, ne leur rajoutons pas dix ans, non plus. Trois ans et demi. Son avant-dernière aventure avant de rentrer au bercail, rapportant plus de bagages que prévu, compte tenu qu'elle traînait dorénavant Luna avec elle, fait encore inconnu à Raeha à ce dit moment. Mais elle pouvait comprendre la confusion. C'est toi mon papa? Boom. Les enfants ouvrent trop souvent la bouche, posent des questions, mais ils ne sont que ça, des enfants. Et si Luna ne comprend pas que ce n'est pas un sujet à évoqué à chaque étranger, elle le fait tout de même aussitôt qu'un homme ne fait que sourire à Raeha. Sa paume plaquée contre son front, la jeune mère manque déglutir le contenu de son petit-déjeuner à l'entente de ses mots. Je suis désolé. Aucune envie de devoir se justifier, ou bien d'expliquer la situation. Si certains diraient mère indigne, de ne pas avoir dit à Luna qui est son père, elle n'a simplement pas trouver judicieux de le lui dire alors qu'il ne sait même pas pour la naissance de la petite. Et honnêtement, en tant que Dyer, elles n'ont pas besoin d'homme dans leur vie. Luna apprendrait comme elles l'avaient toute fait, via la longue ligné de femmes fortes qui bordent et forment cette famille. Elle n'a que trois ans et est visiblement dans la phase des questions. Les "Pourquoi" naissaient souvent hors de la bouche de cette petite blonde. Raeha la prend d'ailleurs dans ses bras, pour l'avoir près d'elle, mais aussi pour ne pas qu'elle décide soudainement de courir pour voir un chat errant.

_________________
▪️ ▪️ ▪️  "i am not a flower and you are not the sun, i don't need you to keep me alive."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Mar 9 Jan - 12:51

Il n'en avait jamais douté, qu'il allait retrouver ici, des visages qu'il n'avait pas vu depuis des années. Mais Raeha, elle, il n'y avait pas songé un instant. Leurs derniers moments ensemble, c'était à Madrid qu'ils les avaient passé, comme le reste de leur histoire. Une histoire certes courte mais qui l'avait malgré tout marqué. On oublie par Raeha comme ça. Son doux visage, son large sourire, son caractère bien à elle. Elle avait marqué l'esprit du Cubain plus qu'il n'oserait le lui avouer, et la revoir devant lui le rendait à la fois heureux et nerveux. Après tout, depuis son départ d'Espagne, il ne lui avait plus donné le moindre signe de vie. Il avait tourné la page, tout simplement, persuadé que c'était son cas, à elle aussi. Mais au final, il ne savait pas. Peut-être attendait-elle un signe de sa part, peut-être pas. Son rire lui rappela la chaleur de l'été qu'ils avaient passé l'un près de l'autre, à vagabonder dans les rues de la capitale, avant de retrouver un lit pour y passer toute la nuit, ensemble. Il n'avait jamais pu oublier ce rire bien à elle, et un large sourire apparu sur son visage. Trois ans et demi, seulement. Comment est-ce que tout avait pu changer, entre temps ? Comment est-ce qu'elle se retrouvait à Fortingall avec une petite tête blonde, et lui à être le tuteur de la gamine de son frère ? Il regrettait presque leur candeur de l'époque. Diego n'eut pas le temps de rebondir sur les années qui étaient passé, que la gamine attira son attention avec la question la plus inimaginable. Écarquillant les yeux, il se retrouva incapable de lui répondre tant il était surpris. Son regard se reposa sur la jolie blonde qu'il avait bien connu, alors qu'elle s'excusait. Il l'imaginait déjà fiancée et vivant avec un blond des plus séduisants. Ce n'était visiblement pas le cas, ou la petite ne serait pas à la recherche de son père. — Ce n'est pas grave, je comprend. — répondit-il en lui souriant. Mais quelque chose le troublait encore. La petite avait trois ans. Trois ans. C'était à quelques mois près l'époque où Raeha et lui avaient été ensemble. Regardant à nouveau l'enfant, il examina rapidement ses traits. Elle ne lui ressemblait pas. Mais Diego, il connaissait bien la génétique aléatoire, la possibilité qu'un enfant ressemble bien plus à un parent qu'à l'autre. Il n'y avait qu'à voir Sami. Avec sa crinière fauve et son teint pâle, personne n'arrivait à croire qu'elle était à moitié Cubaine. Il essaya de ne pas paniquer, le Casas, se contentant de sourire légèrement, avant de parler plus doucement. Il ne voulait pas perturber la gamine plus qu'elle ne semblait l'être déjà, avec cette histoire de paternité. — Et le père, tu... T'es quand même en contact avec lui ? — Ça lui semblait plus délicat de lui poser cette question, plutôt que celle qui s'était mit en quelques secondes à le ronger de l'intérieur. Si sa vie était déjà un vrai chantier, il avait besoin de tout sauf d'une fillette de trois ans dans son arbre généalogique. Pourtant, il aurait été incapable d'ignorer l'information et de ne pas l'élever, si cette enfant était de lui. Diego était véritablement à deux doigts de la crise de panique, tant il était incertain de tout, à cet instant-là.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Raeha Dyer

avatar

Messages : 102
Avatar, © : jodie comer, mine.
Multicomptes : adrian, cornelia, tabby.
Pseudo : clau.
Age : twenty-seven.
Job : florist and resident village witch.
Status : i speak in prophecies and curses, not boy.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood:
Relationships:
RP: open (★★☆)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Mer 10 Jan - 1:02

L'Espagne avait conquis son coeur, mais, d'une certaine façon, c'était montré très différente des autres Pays qu'elle eut visité avant et après. Rien ne comparait le pays chaud et ensoleillé qui avait vu naître une relation éphémère, mais qui restait merveilleuse et ressentit. Comme tout pourtant, elle s'était envolé la saison écoulé, partant pour de nouvelles aventures et laissant derrière elle un homme potentiellement parfait pour sa vie. Différent dans tous les genres, que jamais auparavant ses iris n'avaient croisés. Ou du moins c'est ce qu'elle croyait, Raeha. Ne jamais avoir vu Diego de sa vie. Il fut un sauveur, une source de lumière mais aussi un amant à la fois parfait et sensuel, tout en exprimant une certaine affection. Puis, qui pourrait résister au charme de cette peau bronzé, de ce sourire digne des pubs Colgate, de cette attitude de mauvais garçon dans un gentleman? Toutes les qualités découlait de chez lui, et c'est exactement pour cette raison qu'elle s'était enfui de cette relation en ne gardant pas le contact. Contact que lui non plus, n'avait pas souhaité renouveler, apparemment, pour ses propres raisons. Elle ne pouvait pas le blâmer, ne le ferait jamais, ce serait traître et politiquement incorrect de souhaiter qu'il communique avec elle alors que sa propre personne ne l'avait pas fait. Un simple cercle répétitif qui faisait du sens une fois rassembler, mais qui tout de même, n'empêchait pas Raeha de ressentir cette amertume au creux de sa gorge de ne pas l'avoir tenu au courant de son voyage, de sa vie. Il est compréhensif, Diego, et Diable, ça fait changement des autres hommes qui l'appelles 'poupée' ou qui se dépêche de sortir de sa vie quand ils remarquent Luna à ses côtés. Le petit lièvre de trois ans, qui sautille dans sa poussette, visiblement impatiente de continuer leur exploration. Alors qu'il parle, qu'il dit comprendre, elle se penche pour ouvrir la sucette, car au moins, pendant qu'elle serra occupé à manger cette large sucette, Luna ne les dérangera pas. Un trait qu'elle retient de sa tante Isis, manger en silence pour mieux savoureux la qualité. Raeha pousse un soupir quand il pose la question, souhaitant ne pas se rappeler cet homme. Hum... non. Père inconnu, qu'ils ont écrit à la naissance de Luna. Mais c'est un beau tissu de mensonge pour protéger son propre égo qui ne supporterait pas de voir son meilleur ami et cet homme avec qui elle était, légèrement mais tranquillement, tomber amoureuse, renier son propre enfant et leur relation d'un coup de main, ou de quelques mots insignifiant. Sa fille méritait mieux, et comme la tradition - ou malédiction - le veut, aucun homme ne réussi à se frayer un chemin dans la vie des Dyer. Raeha s'est simplement dit que ce serait mieux de cette façon et n'y a pas repenser. Oh mon dieu, Diego. Elle voit la panique dans ses yeux, et trop préoccuper par ses propres pensés, n'a pas réalisé que les temps concordes un peu trop parfaitement et qu'il pourrait pensé être le père. Elle pose doucement une main sur son bras dans une attente de le rassurer. Ce n'est pas toi le père, elle le demande à vraiment tous les hommes qu'elle croise. Si seulement ça avait été lui, le tout aurait été plus simple. Ou pas? Elle ne sait plus, pas. Tout est tellement complexe et à la fois si simple maintenant qu'elle a Luna. Car pour la première fois, elle sent qu'elle possède une raison de vivre, un but. Tout fait du sens, et tout s'aligne. Voilà son utilité, élevé ce petit rayon de soleil. J'ai enfin trouvé un but, tu vois. M'occuper de Luna... c'est la plus belle des choses qui me soit arriver, ce petit trésor. Une main se pose contre la petite tête blonde qu'elle caresse légèrement, un large sourire admirateur envers sa fille qui ne cesse de l'impressionner et de lui apprendre la vie d'une toute autre façon. C'est fou, comment un enfant peut changer toute la perception que l'on a du monde. Chaque jour est une nouvelle aventure, des terrains à découvrir et des leçons à apparendre pour une enfant aussi jeune. Et Raeha savoure chaque seconde.

_________________
▪️ ▪️ ▪️  "i am not a flower and you are not the sun, i don't need you to keep me alive."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Mer 10 Jan - 13:20

La petite bouille blonde semblait d’être calmée après la dernière bombe qu’elle venait de lâcher. Il aurait voulu répondre, Diego, lui dire que non, ce n’était pas lui son papa. Mais voilà, pendant quelques minutes, il en doutait. C’est vrai que l’âge correspondait. Elle avait trois ans, sa relation avec Raeha datait de trois ans et demi. Un timing bien trop parfait. Bien sûr, il tenta de rester calme, il demanda simplement à la jolie blonde si elle avait gardé contact avec le père. Il y avait peu de chances, ou la petite ne lui demanderait pas soudainement s’il était son père, alors qu’ils ne se connaissaient pas. Père inconnu. Il passa sa main dans ses cheveux courts, rapidement, fixant la jeune femme, à deux doigts de lui demander la question. S’il en était le père… Non, il ne pouvait même pas imaginer. Mais Raeha sembla comprendre son instant de panique avant qu’il n’ai quoi que ce soit à dire, et l’air désolé, elle posa sa main sur son bras avant de lui donner la réponse qu’il attendait, celle qu’il espérait. Un léger soupir de soulagement lui échappa. Ce n’était pas qu’il ne voulait pas de cette gosse qui semblait vraiment adorable, ou qu’il ne voulait pas aider cette mère célibataire, pour qui il avait toujours eu beaucoup d’affection. Il ne voulait simplement pas d’un nouveau bouleversement dans sa vie. Il devait déjà s’occuper d’une adolescente, il ne se voyait pas devoir rajouter la petite Luna à sa liste de responsabilité. — Tu me rassures. — dit il assez rapidement, d’une voix assez basse, mais honnête. Puis avec un léger sourire, il ajouta. — C’est juste que, tu dois avouer que le timing était parfait, et si elle était de moi… Ça m’aurait embêté que tu me le caches tout ce temps. J'aurais pu t'aider. — C’était la vérité. Diego Casas, l’homme qui avait toujours dit qu’il ne voulait pas d’enfant, n’était pourtant pas un sans coeur. Et si Raeha était venu le trouver, il y a trois ans, en lui annonçant qu’ils allaient avoir une fillette, il l’aurait accepté. Il aurait prit soin d’elle. Derrière ses airs de solitaire, il était loin d’être un de ses hommes qui prend la fuite au lieu d’accepter leurs responsabilités. Mais la jolie blonde avec qui il avait partagé une courte mais belle aventure semblait heureuse. Elle rayonnait. La façon dont elle parlait de sa fille fit rapidement sourire le Cubain, qui les observa l’une et l’autre, à tour de rôle. Un léger sourire pensif s’affiche sur ses lèvres à sa dernière réplique, et il hocha la tête pour montrer son accord. — Je te le fais pas dire, ouais. Je… Je m’occupe de la fille de mon frère, maintenant. Elle est plus grande mais ça n’en ai pas moins une enfant. — Et Sami avait révolutionner la vie du musicien, de ses habitudes à son comportement, la façon dont il pensait, il agissait. Tout avait changer depuis qu’elle était venue de façon permanente se mettre dans la vie de son oncle, depuis que le destin avait décidé de les réunir de façon bien tragique.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Raeha Dyer

avatar

Messages : 102
Avatar, © : jodie comer, mine.
Multicomptes : adrian, cornelia, tabby.
Pseudo : clau.
Age : twenty-seven.
Job : florist and resident village witch.
Status : i speak in prophecies and curses, not boy.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood:
Relationships:
RP: open (★★☆)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Lun 15 Jan - 5:22

Son soupir confirme ses soupçons qui guette l'arrière de ses pensés, et elle aussi, sourit, lorsque finalement cette vilaine question est mise derrière eux. Bien que Diego le formule à voit haute. Certes, elle lui donne raison sur le timing, qui, effectivement, était peut-être un peu trop parfait. Mais si seulement il savait toute l'histoire, aucun doute n'aurait été sur son visage quelques minutes plus tôt. Puis il y a la question de le retrouver à Fortingall, qui crée une nostalgie en Raeha, une qui pourtant avait été rempli par la présence de Luna dans sa vie, mais que pour une raison quelconque elle ne peut retirer complètement de ses pensés. L'aventure au bout des lèvres, l'envie de voir plus encore, ça ne devrait pas lui frôler l'esprit, mais comment s'en empêcher, en voyant son amant d'une nation plus chaude et frivole, une bien différente de leur patelin natale. Ou du moins, celui de la Dyer. Je n'ai pas besoin d'aide, voyons. Mais, j'aurais tenté de te contacter, je crois. Car après tout, elle n'en a jamais parler à son meilleur ami, au vrai père de Luna, alors pourquoi l'aurait-elle fait avec Diego, la question reste en suspend et elle décide qu'il vaut mieux ne pas y répondre. Car elle ne veut pas savoir la réponse, et elle craint que lui non plus, préfère ne pas savoir qu'elle aurait ignorer si elle avait été sa fille. Parce qu'en réalité, elle n'a pas fait de test de paternité Raeha, et même si sa certitude sur le père a été fondé en voyant la petite fille, elle n'ose pas croire que toutes ses années auraient pu être plus simple. Oui, l'alternative que Diego soit le père de sa fille est bien plus simple que la vérité. Elle l'écoute parler de cette tragédie qui a frapper sa famille et ne peut s'empêcher de ressentir un brin de tristesse pour lui qui a perdu un être cher. Puis vient le soupir lorsqu'il parle de devoir élevé un enfant. Parce qu'il est difficile d'en élever un tout court, si en plus ce n'est pas le sien, la tâche est d'autant plus ardu. Oh, j'étais une vrai démone enfant. Pas capable de m'empêcher de menacer les autres enfants, et cette envie de vouloir fuguer toutes les deux semaines. Elle rit doucement, se rappelant cette enfance difficile pour sa mère et ses tantes, qu'elle a rendu anxieuses avec le temps. Oops. C'est pour cette raison que tu es de retour à Fortingall? Demande-t-elle avant de jeter un coup d'oeil à Luna, toujours occuper avec cette sucette. Tu crois qu'elle réussira à dormir ce soir avec autant de sucre dans le corps? Encore une fois, oops.

_________________
▪️ ▪️ ▪️  "i am not a flower and you are not the sun, i don't need you to keep me alive."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Dim 28 Jan - 1:40

Bien sûr qu'il avait eu peur. Se retrouver avec une fillette, aussi mignonne soit-elle, aurait été la pire chose qui aurait pu lui arriver, à cette période de sa vie. Il y avait déjà Sami. Elle avait beau avoir quinze ans, c'était bien assez compliqué. Pourtant, la bouille de la gamine qui venait de lui demander s'il était son père, calmait un peu son inquiétude. Non, avoir une gosse avec Raeha, ça n'aurait pas été la pire des choses. Le pire des timings, sûrement. Mais pas la pire des choses. Il l'avait aimé, à Raeha. Leur relation était éphémère, dès le commencement, Diego savait qu'elle allait repartir. Ce n'était qu'un été, mais ça n'avait pas empêché qu'il s'était attaché au bout de femme qu'était la Dyer. Assez pour se préoccuper, aujourd'hui, d'elle et de la petite blonde à ses côtés. Un léger sourire lui échappa lorsqu'elle annonça qu'elle aurait tenté de le contacter. — De toute façon, j'aurais été un père nul. Mais je suis content de savoir que tu m'aurais contacté. — La question de la paternité restait malgré tout en suspend. Si elle n'était pas de lui, il y avait malgré tout eu un autre homme, un peu après ou un peu avant lui, qui n'était aujourd'hui plus dans la vie des deux Dyer. Il ne savait pas, Diego, si c'était volontaire ou pas. S'il s'était barré ou s'il ne savait simplement pas qu'il avait une fille. Les possibilités étaient infinies, si bien qu'il décida de ne rien dire, surtout pas devant la petite. Il ne voulait pas mettre Raeha dans une mauvaise position avec sa curiosité. Les souvenirs d'enfance de la jeune femme fit un peu plus sourire le Cubain, détournant totalement son attention de ses interrogations. — Je t'imagine bien traumatiser tes camarades et ta famille. J'espère que Luna est plus sage que ça. — répondit-il en lançant un coup d'oeil amusé à la petite fille qui s'était visiblement calmé. Son regard se reposa sur sa mère lorsqu'elle lui posa quelques questions concernant son retour en ville. Hochant doucement la tête, il entreprit de lui répondre. — Tuteur légal d'une ado en pleine crise qui vient de perdre son seul parent, ouais. Qui l'aurait cru. — Devoir parler de son frère serrait toujours légèrement son coeur, même après les semaines qui commençaient à défiler sans sa présence, même si la douleur et l'absence s'atténuait doucement, ça en restait difficile pour Diego. Il fut soulagé lorsque Raeha parla de la petite Luna à nouveau, lui qui n'aimait pas montrer ses émotions. — Tu veux dire qu'il faut pas leur donner de sucre avant de dormir ? J'aurais vraiment été un père minable. — blagua-t-il pour détendre à nouveau l'atmosphère.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Raeha Dyer

avatar

Messages : 102
Avatar, © : jodie comer, mine.
Multicomptes : adrian, cornelia, tabby.
Pseudo : clau.
Age : twenty-seven.
Job : florist and resident village witch.
Status : i speak in prophecies and curses, not boy.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood:
Relationships:
RP: open (★★☆)

Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   Lun 29 Jan - 20:38

Le sourire sur ses lèvres est contagieux, car au dessous d'elle, la petite tête blonde se met elle aussi à sourire. Et bien que Raeha désapprouve entièrement ce qui sort de la bouche de Diego en face d'elle, elle ne peut s'empêcher de penser que finalement, Luna a un père, elle en a toujours eu un, même s'il n'est pas biologique. Mais non, tu aurais, et sera peut-être un jour, un excellent père. Soyons réaliste, il avait encore la chance d'engendrer des tonnes de petits Casas à la peau bronzé et aux yeux de biches à la fois dangereux et doux. Les détails ne sont pas important, elle le réalise en voyant le visage de sa fille qui, bien qu'elle lui ressemble, possède quelques traits bien unique de son autre moitié biologique. La Dyer ne peut s'empêcher de rire lorsque son passé d'enfant terreur est remis à la surface. Elle, une véritable démonne? Totalement. L'image qu'il a doit être fascinante, tient. J'ai appris le latin a douze ans pour chasser les autres enfants. Dit-elle pratiquement aux éclats. La langue qu'elle connaît toujours est malheureusement un peu rouillé, par contre. Avec un peu de pratique elle arriverait à retrouver ce qu'elle a perdu ou oublié. Lorsqu'il évoque le sujet de la petite dont il est le tuteur, elle ne peut s'empêcher de ressentir une certaine nostalgie qu'il est perdu un frère mais aussi qu'elle est perdu un parent. Elle ne s'imagine pas ce qu'elle ferait si Luna se retrouverait sans elle. Bon, évidemment elle aurait une panoplie de tantes, mais aussi Mal pour s'occuper d'elle. Elle s'esclaffe quand il évoque le sucre. Je suis désolé, vraiment, que tu es à traversé tout ça. Mais au moins elle a quelqu'un de formidable pour prendre soin d'elle. Sauf si tu lui donnes du sucre, alors là, prépare toi, elle ne dormira plus jamais. Elle se demande si c'est de là que vient le conte de La Belle Au Bois Dormant, tient. Un parent qui a donné un peu trop de sucre à son enfant, et a décidé de le plonger dans un sommeil. Cette pensée la trouble plus qu'elle ne devrait. Entoure toi d'une femme alors, qui saura être là pour elle. Instinctivement elle pense à Mal, et combien il a été d'un support pour elle et Luna. Elle espère de tout coeur qu'il puisse trouver quelqu'un exactement comme elle l'avait fait avec lui. J'ai rencontré Mal alors que je venais de crevée les eaux. Elle prend une pause pour rire, et voit l'effet que ce prénom a sur Luna. Mais la petite, dans le respect, ne dit rien et garde le silence. Raeha s'attend à ce qu'elle la bombarde pour aller visiter Mal aussitôt que la conversation avec Diego sera terminé. Et elle ne peut jamais lui refuser un tel caprice, surtout pas pour l'homme qui est presque son père. Il a une fille de cinq ans, et ensemble on essaie de les divertir du mieux qu'on peut. C'est un véritable... ami. Le titre encore incertain, qui est suspendu dans l'air, n'a pas encore été attribué, et de préférence, elle nomme cette amitié par ce qu'elle est: une amitié. Mais beaucoup se cache derrière, si seulement elle se décidait à y croire, à sortir sa tête d'autruche du sable, peut-être que tout irait bien mieux.

_________________
▪️ ▪️ ▪️  "i am not a flower and you are not the sun, i don't need you to keep me alive."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: come what may, in the long summer nights (r)   

Revenir en haut Aller en bas
 
come what may, in the long summer nights (r)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A TOUCH OF MAGIC :: III. / FORTINGALL, SCOTLAND :: MINTLAW POINT :: Fortingall Farmers Market-
Sauter vers: