AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 - i will wait my turn, but it goes slow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:08


diego casas
these are what they call
hard feelings of love.

nom complet ◦ Contrairement à la plupart des latinos qu'il connait, les parents de Diego semblent s'être contenté d'un seul prénom et d'un seul nom de famille. Étrange, quant on connait ses origines, mais ça ne l'a jamais dérangé, bien au contraire. Diego Casas, rien de plus, rien de moins. Le nom de son père, l'héritage familial, précédé d'un prénom choisi par ses parents, sans grande histoire derrière. âge, date et lieu de naissance ◦ C'est à Havana qu'il a vu le jour, sur la petite île de Cuba. Ses papiers ont eu beau se perdre lorsqu'il a déménagé, ses parents jurent qu'il est né le 18 mars 1979, dans la journée. À l'époque où il a fallu refaire les papiers d'identité du garçon, il aurait bien voulu rajouter quelques années, histoires de se vieillir plus vite. Aujourd'hui, il préfèrerait en retirer. La quarantaine qui arrive à grande vitesse, il a déjà passé trente-huit années sur cette terre, et lorsqu'il y pense, il n'a pas accompli grand chose, le Casas. Rien qui ne laissera sa marque indélébile dans ce monde, en tout cas. origines et nationalité ◦ Les frères Casas, ils sont Cubains de par son père, Écossais de par sa mère. Depuis le déménagement de la petite famille, Diego possède la double nationalité, dont il est relativement fier. Il n'a jamais caché ses origines latines, même si cela n'a fait qu'amplifier les remarques de certains habitants de la ville. Il était, aux yeux de certains, la racaille cubaine, l'immigration qui vient voler vos boulots et vos filles. Si Diego n'a jamais eu le moindre job à Fortingall dans sa jeunesse, il a par contre fait chavirer pas mal de coeurs des demoiselles de la ville. Ils avaient au moins raison sur ça. diplôme(s), activité et statut financier ◦ Le seul diplôme qu'il possède, c'est son certificat de fin d'études, qu'il a eu à la sortie du lycée. Obtenu après de longues années à essayer de rester concentré sur le cours plutôt que de tapoter des rythmiques avec son crayon sur le bord du bureau, c'est sans surprise qu'il a arrêté les cours à la minute même où il a fini le lycée. Personne ne l'a poussé à faire autre chose, tout le monde savait bien ce que Diego allait faire de sa vie: musicien. Guitariste, plus précisément, et chanteur à l'occasion, sa famille réalisa vite qu'il n'était pas seulement doué avec les accords, il avait aussi une voix sublime. Il était né pour ça, le rythme dans la peau, et d'après son père, c'était dans les gênes. Il a rapidement réalisé que son avenir dans le domaine musical était parfaitement inexistant, à Fortingall, et c'est à vingt-trois ans qu'il est parti, avec sa guitare et son sac-à-dos, s'installer à Madrid, où il a rapidement refait sa vie. Diego a monté son groupe, un petit groupe de musique pop-folk dont il était le chanteur et guitariste. Ils y ont presque cru, les quatre copains, quand on a commencé à les contacter pour des contrats. Quelques albums, pas mal de concerts dans des petits salles aux quatre coins de l'Espagne. Rapidement, leur semblant de notoriété s'est fait de plus en plus petit, jusqu'à disparaitre, n'étant contacté qu'à l'occasion pour des festivals. Diego ne regrette pas cette expérience, bien au contraire. De plus, les royalties des chansons qui passent malgré tout encore à la radio et à la télévision espagnole lui permettent encore aujourd'hui de vivre plutôt correctement. En rentrant au pays, il a vite fait le choix de se lancer dans le monde du travail, mais n'ayant même pas les capacités pour devenir caissier au supermarché du coin, c'est en tant que chanteur pour évènementiels qu'il gagne maintenant sa vie. Bien que les contrats ne se bousculent pas, il accompagne de sa voix les mariages et anniversaires du coin, lui permettant de se sentir un minimum utile et inclus dans cette ville qu'il avait plus ou moins tenté de fuir, des années plus tôt. statut civil ◦ Après deux années au côté d'une jolie blonde, en Espagne, il est maintenant célibataire. Leur couple commençait à battre de l'aile, de toute façon. Elle était plus jeune d'une dizaine d'années, elle voulait des enfants, et pas lui. Lorsqu'il lui a annoncé qu'il devait rentrer en Écosse, l'idée en tête qu'elle allait le suivre, elle lui annonçait que c'était l'occasion parfaite pour se séparer. Diego n'a pas cherché à la retenir, sa vie lui semblait déjà bien trop dramatique pour faire des efforts pour une minette qui ne voulait visiblement pas de lui. Depuis qu'il est en ville, ses anciens amis semblent bien motivés à lui dégoter une nouvelle petite-amie, et bien qu'il râle et clame ne pas en vouloir, il ne peux pas nier que la jolie Cait a quelque peut marqué son esprit. Il tente malgré tout de jouer les mecs désintéressés, mais il n'a jamais été un très bon acteur. situation familiale ◦ Il y avait Javier, le grand frère, et Diego, de trois ans son cadet. Inséparables toute leur enfance et adolescence, les deux Casas ont fait les pires conneries dans Fortingall, et ce dès leur arrivée. Leurs parents n'ont jamais rien dit, bien trop heureux de voir leurs fils s'entendre de la sorte. Javier et Diego, Diego et Javier, rien qu'eux, entouré de maman et papa. Les années sont passées, Diego est parti, et très vite, Javier s'est retrouvé avec une fille, Sami. Diego était tonton, le genre de tonton à vous couver des cadeaux les plus improbables, à vous faire venir à Madrid pour des vacances digne d'une vraie rockstar. Même avec la distance, Javier et Diego sont restés les deux frères les plus proches au monde. C'est Diego que Javier a appelé lorsque sa femme est partie. C'est Javier que Diego a appelé lorsqu'il a eu une histoire avec Raeha, une jolie demoiselle qui venait tout droit de Fortingall, il y a quelques étés maintenant, et qu'il voulait en savoir plus sur elle. Et puis, finalement, le dernier coup de fil. Celui de leur amie de toujours, alors que Diego était persuadé que c'était son frère, à l'autre bout du fil. Quelques mots de trop, et le coeur brisé d'un homme qui perd la seule personne qui l'a réellement comprit et soutenu toute sa vie. Aujourd'hui, s'il rentre à Fortingall, c'est pour prendre soin de Sami, consigne que son frère semblait avoir laissé à tout le monde, sauf à lui. Il déteste les enfants, n'a aucune idée de l'éducation qu'il doit lui apporter, et Sami le rejette sans cesse, incapable d'accepter la mort de son père. Diego ne le remplacera jamais, il le sait, mais il compte bien essayer d'être à la hauteur, à sa façon. traits de caractère ◦ positif, instinctif, franc, chaleureux, posé, amical, solitaire, blagueur, charismatique, loyal, dynamique, séducteur, créatif, intègre, indépendant, souriant, impulsif, bordélique. groupe ◦ spring.

young hearts spark fire
depuis quand vivez-vous à fortingall ? quel est votre ressenti sur la ville ? vous y plaisez-vous ou envisagez-vous un déménagement éventuel ? à quel point êtes-vous impliqué dans sa communauté ? ◦ Fortingall et Diego, c'est je t'aime moi non plus, depuis des années maintenant. La famille Casas y a emménagé alors qu'il n'avait que quelques années, famille d'immigrés cubains, ça a d'abord été difficile de vivre en Écosse, au début des années quatre-vingt. Puis, il a grandi, et il a apprit à adorer la ville et ses habitants. Finalement, la vingtaine passée, il est parti pour l'Espagne, laissant derrière lui Fortingall, n'y remettant les pieds qu'occasionnellement, pour les fêtes de famille, les vacances et quelques anniversaires. Si aujourd'hui il doit revenir y vivre, ce n'est pas par conviction, il aurait largement préféré rester à Madrid. Il doit apprendre à aimer à nouveau Fortingall, car il n'est pas prêt d'en repartir, maintenant que sa famille a besoin de lui. décrivez-nous un hiver mémorable. pourquoi est-il si spécial à vos yeux ? ◦ Le dernier Noël qu'il a passé à Fortingall, probablement, en 2015. C'était le dernier Noël qu'il a passé avec sa famille, avec son frère, avant son décès. Rien que ce souvenir, les deux hommes devant la cheminé avec un verre de vin, se rappelant leurs pires conneries, leurs plus grosses défaites, leurs anciennes petites-amies, ça lui donnerait presque envie d'aimer l'hiver, lui qui a toujours préféré la chaleur au froid et à la neige.

EN VRAC. Même s'il est né à Cuba, il n'y a pas remit les pieds depuis qu'il est venu vivre en écosse. Ça reste malgré tout un endroit qu'il voudrait visiter, l'envie de retrouver les racines de sa famille, les traces que son père a laissé tant d'années plus tôt. ◦ C'est à douze ans qu'il a commencé la guitare, passant le plus clair de son temps à la boutique de musique de la rue d'à côté, assit dans un coin, à tenter de comprendre comment fonctionner les cordes. Au bout de quelques mois, son père a fini par lui acheter une de ces petites merveilles, et c'est seul qu'il a apprit a en jouer, passant des heures à tenter de reproduire les sons, au point d'en avoir les doigts en sang. ◦ Il faisait parti de ses enfants qui avait le don de faire toutes les conneries possibles, à l'école comme en dehors, généralement toujours accompagné de son frère. Ses parents se sont pendant un moment demandé ce qu'ils allaient faire de lui, mais il a fini par se calmer en grandissant. ◦ Même si Diego a eu de nombreuses relations amoureuses, il n'en a jamais eu de réellement sérieuses. La relation où l'on se dit, c'est la bonne, je vais finir ma vie avec elle. Des amourettes toujours de passage, même si la dernière a duré deux ans. Il n'a aucune envie d'avoir des enfants et de former une famille, contrairement à la plupart des humains normalement constitués. ◦ Il ne sort jamais de chez lui sans sa veste en cuir sur le dos. En dehors de ça, son style vestimentaire est plutôt décontracté, il est du genre à attraper les premiers habits qui lui passent tout la main. ◦ Diego, il parle l'Espagnol et l'Anglais, parfaitement. Il n'a jamais eu aucun soucis avec ça, ayant apprit les deux langues assez jeune. Mais ayant passé ces dernières années en Espagne, lorsqu'il parle Anglais, c'est malgré tout avec un fort accent. Il lui arrive même de mélanger un peu l'Anglais et l'Espagnol dans ses phrases. ◦ Diego fume à l'occasion, mais il est loin d'être accro à la cigarettes. Pour ce qui est de l'alcool, par contre, l'homme a tendance à un peu trop aimer boire, surtout en soirée ou lors de journées particulières. Vin, bière, vodka, whisky. Il n'est pas difficile, il faut être honnête. ◦ La seule chose à laquelle il est accro, en dehors de sa musique, c'est le café. Il pourrait en boire toute la journée. Le plus fort étant le mieux, à son goût. Diego en boit un peu trop, du moins d'après ses proches, qui le trouvent parfois un peu trop excité et excessif à cause de toute la caféine qu'il ingurgite. ◦ C'est un fervent amateur de burgers, qu'il mange généralement avec du bacon et de la moutarde. Il se force à cuisiner histoire de ne pas faire craquer son cholestérol déjà à son âge, mais il est incapable de dire non à un bon burger maison. ◦ Il sait danser, Diego, et plutôt bien. Le rythme toujours dans la peau, c'est tout petit qu'il a apprit à danser avec sa mère. Il a commencé avec les valses avant de rapidement s'intéresser à la salsa et à la rumba, digne latino qu'il est. Il danse rarement, mais ça lui a malgré tout mal pas servi pendant son adolescence, lorsqu'il voulait séduire les demoiselles.

dreams of another reality
pseudo/prénom ◦ Nadège, hershelves. âge, pays ◦ 22 ans, France. avatar ◦ Toujours Oscar Isaac. commentaire(s) ◦ En espérant que vous aimerez mon Diego.  autres/dédicace ◦ À @Cait Oswald pour son lien de dingue, ma peanut.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.


Dernière édition par Diego Casas le Lun 8 Jan - 0:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:09


it's empty in the valley of your heart. the sun, it rises slowly
as you walk away from all the fears and all the faults you've left behind.
mumford and sons.

Assit sur son sofa en cuir, les pieds sur la table basse. C'était là qu'on le trouvait tous les jours, dix-huit heures passées, en train de gratter sa guitare et de boire un whisky. Ce soir-là n'était pas une exception, fin Novembre, Diego dans son appartement madrilène alors que la femme avec qui il sortait depuis deux ans maintenant était en ville avec des copines. Ou de la famille. Il ne le savait pas, et il s'en fichait un peu. Leurs beaux jours étaient passés, malheureusement, mais il gardait espoir au fond, qu'elle entendrait raison. Elle voulait un gosse, la jolie blonde. À trente-huit ans, Diego avait tout sauf l'envie de devenir le père d'un marmot. Son téléphone sonna et, après un coup d'oeil au numéro, il reconnu immédiatement l'indicatif de l'Écosse. Fortingall. Sa famille. C'est un large sourire aux lèvres qu'il décrocha. — Hola ! Pas trop froid là-haut ? — Il aimait l'humour, Diego. Il aimait se moquer d'eux, du froid hivernal qui avait saisi la ville où il avait grandi, ces dernières semaines. À Madrid, la température était presque idyllique, face à ça. Le silence au bout de la ligne lui fit froncer les sourcils. Un soupir, quelques sanglots. Il se redressa directement sur son canapé. — Il y a eu un accident, Diego. C'est... C'est Javier. — Un autre silence. Il n'eut pas besoin d'en entendre plus pour comprendre. Il avait toujours cru, le Casas, que le jour où son frère perdrait la vie, il le ressentirait au plus profond de son âme, comme on voit dans les films. Mais non, rien. Il était tranquillement en train de siroter son verre sans même savoir que son grand frère n'était plus. Celui qui lui avait tant apporté, celui qu'il aimait plus que quiconque dans ce monde, plus que lui-même. Il y eu quelques questions, des explications, des larmes que Diego était incapable de retenir, même s'il le voulait. Puis, après un instant, il réalisa. — Qui va s'occuper de Sami ? — Un nouveau silence, comme si on tentait de lui cacher quelque chose. Il lui manquait ce quelque chose, cette information, qui ne tarda pas à lui tomber dessus sans qu'il ne s'y attende. — Il faut que tu rentres, Diego. Elle a besoin de toi. — Le reste de la soirée, elle était bien floue. Il avait passé la nuit à pleurer sur son canapé, le coeur brisé, dans un état qu'il ne pensait pas imaginable. Le lendemain matin, sa valise était faite, son billet pour la maison réservé. Il lui avait dit, à sa petite-amie, qu'il devait rentrer pour sa famille, pour Sami. Elle n'avait pas voulu le suivre, préférant arrêter leur histoire plutôt que de le suivre. Laissant Madrid, son appartement dans le centre, sa jolie blonde et sa carrière musicale qui tournait au ralentis depuis quelques temps, il est rentré chez lui, à Fortingall. Il est rentré pour Sami, sa nièce chérie, probablement la seule qui était capable de comprendre son chagrin après cette perte. Et lui qui avait toujours refusé être père, devint tuteur, incapable de savoir quoi faire pour cette enfant brisée par le destin.


i'll stay when it's hard, or it's wrong, or we're making mistakes.
i want your midnights, but i'll be cleaning up bottles with you on new year's day.
taylor swift.

Un mois déjà, que Diego était à Fortingall. S'il avait rapidement élu domicile dans la chambre d'amis de la maison de Javier, ce n'était que pour pouvoir être là pour Sami, sans trop la dépayser. Elle avait changé, elle souffrait, il pouvait le voir. Mais c'était compliqué, autant pour elle que pour lui. Le tonton sympathique était devenu un tuteur avec une capacité de s'occuper d'un enfant en pleine adolescence proche du néant. Il n'y avait pas de mode d'emploi, pas de moyen de savoir quoi faire ou quoi dire. Ni de moyen de la faire parler sur ses sentiments, qu'elle semblait cacher un peu trop, évitant souvent de parler de son père. Mais Diego commençait à s'y faire, à cette vie. Doucement, sûrement. On l'avait engagé pour un repas de Noël, et avec sa guitare et sa voix un peu rauque, il avait dû pervertir les pensées de plus d'une des trentenaires de l'assemblé, même en chantant Silent Night. Finalement, il avait aimé ça. Ce n'était pas les concerts à Madrid, ça non, mais ce petit public lui avait plu. Il s'était fait des amis, aussi, depuis son retour. Généralement, des gars qu'il avait rencontré au bar. Et Rory, qu'il avait aussi rencontré au bar. Elle aurait été le genre de fille qu'il aurait dragué, à une époque, et sans culpabiliser. Mais il n'avait pas fallu aller bien loin dans la discussion pour se rendre compte que Rory, c'était pas une nana qu'il aurait pu draguer. Non, c'était le bon pote. Une version de lui au féminin, une amitié qui prévoit de belles choses, relation qu'il n'a pas l'habitude d'avoir avec la gente féminine. Et puis finalement, il avait rencontré Cait. Elle était belle, douce, presque mystérieuse. Lui faisait le désintéressé, parce qu'elle n'avait pas l'air des plus intéressée, la jolie brune. Autant ne pas forcer les choses. Il l'avait dit à ses amis, mais eux n'en croyait pas un mot. Puis il y avait eu ce coup de téléphone, peu avant le premier de l'an. Sursaut assuré à chaque fois qu'il entendait son cellulaire annoncer un appel entrant, le coeur serré, comme s'il revivait l'annonce de la mort de son frère à chaque fois. Mais il décrochait malgré tout. — Tu viens à la soirée du nouvel an ? — Il n'avait pas de guide du tuteur parfait, mais il était persuadé qu'aller se saouler avec des amis à la St Sylvester aurait fait parti des DON'T au lieu des DO, si ce guide avait par miracle existé. Il hésitait, pour Sami. Il n'allait pas la laisser seule, ni même la trainer avec lui à une fête à quinze ans. Certes, c'était clairement ce qu'il aurait fait, quelques semaines plus tôt, à Madrid, si elle était venu lui rendre visite. Mais plus maintenant. Il devait être responsable. — Tu devrais venir, Diego. Parce que Cait sera là. — Un léger sourire en coin fit l'apparition au coin de ses lèvres en entendant ce prénom, véritable mélodie à ses oreilles. Si la douce Cait y allait, il devait reconsidérer la proposition. Il n'avait aucun doute sur le fait que leurs amis tentaient, tant bien que mal, de les faire tomber dans les bras l'un de l'autre. Ce n'était même plus discret. Mais lui, il n'était pas certain. Que ce soit la bonne personne, que ce soit le bon moment, que ce soit le meilleur des moyens. L'idée de passer la soirée du nouvel an près d'elle, malgré tout, semblait réjouissante. Après tout, il s'était bien rendu qu'elle avait pas mal occupé ses pensées, les quelques fois où il mettait de côté la blouse de tuteur pour redevenir un homme des plus normaux. Il pensait à Cait, il voulait la revoir, lui parler, apprendre à la connaitre. Il finit par lâcher un petit rire. — C'est qui, Cait ? Je vois pas de qui tu parles. — S'il n'était pas capable de se mentir à lui-même, il pouvait toujours prétendre n'en avoir rien à faire au reste du monde.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.


Dernière édition par Diego Casas le Dim 7 Jan - 23:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:17

Citation :
Pour ce qui est de l'alcool, par contre, l'homme a tendance à un peu trop aimer boire, surtout en soirée ou lors de journées particulières. Vin, bière, vodka, whisky. Il n'est pas difficile.

Connor & Diego ne peuvent que s'entendre.
Amuse-toi bien avec ce nouveau personnage. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:21

It's a deal, soyons amis.
Merci beaucoup.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Poppy Bloom
- all yours from the collarbone down
avatar

Messages : 971
Avatar, © : vikander; avatar smoaks, icons pinterest+clau ♡
Pseudo : ivy.
Age : twenty-seven.
Job : linguist, word collector.
Status : petrichor.
Top wishes : for spring to come.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: actual holly golightly.
Relationships:
RP: fr/en, (full) bianca, basil, marcus, reese, cornelia.

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:33

la classe ultime, mais j'en attendais pas moins de toi

_________________

when your name doesn't hurt to say and i think about you less each passing day, when i can't feel your weight; will i miss the way it feels to miss you?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:39

Je ne pouvais pas vous décevoir, attends.
Merci ma belle.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:53

@Aurora Carrey aime ça #çamanquedupetitpoucebleuici
toujours in love du choix d'avatar, d'autant plus avec le personnage qui se dessine
Revenir en haut Aller en bas
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:58

T'es toujours aussi belle toi (sous tous tes comptes).
Merci beaucoup, ça fait chaud au coeur de voir qu'il plait.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Calliope Strenton
― underestimate me, that'll be fun.
avatar

Messages : 347
Avatar, © : margot robbie, witchling and tumblr.
Multicomptes : neomi dyer.
Pseudo : huntress, vendela.
Age : twenty-nine years old.
Job : astrophysicist.
Status : to the deepest darkest depths of i don't give a damn.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: you inspire my inner serial killer.
Relationships:
RP: tc n°4, reese w. (open - fr/eng)

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 22:59

ReBienvenue parmi nous Bon courage
Ce personnage m'a l'air tout aussi awesome.

_________________
Two things were always hanging by the tip of her lips: a cigarette and a promise, and all the time she was burning one while breaking the other.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 23:00

ssshhh c'est toi qu'est belle
rip navid, dunrobin remembers
Revenir en haut Aller en bas
Diego Casas
it's not about deserve, it's about what you believe.
avatar

Messages : 512
Avatar, © : oscar isaac, flamingo(av).
Pseudo : nadège.
Age : thirty-eight years old.
Job : pop-folk guitarist and singer.
Status : there's this woman he can't stop thinking about, but whatever.
Top wishes : sorting jarvier's belongings, getting sami to talk to him, doing more gigs, buying plane tickets for madrid next summer, talking to cait (eventually without being almost drunk).

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: figuring things out.
Relationships:
RP: cait, raeha, sami. (open)

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Sam 6 Jan - 23:04

Merci beaucoup Vendela, ta nouvelle bouille est a tomber.

Non mais, j'étais beaucoup trop triste de quitter Navid, il va me manquer. Mais ce n'est que pour mieux revenir.

_________________

◦ i keep throwing it down two-hundred at a time, it's hard to find it when you knew it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paperhearts.forumactif.com/
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Dim 7 Jan - 0:27

ce personnage a l'air beaucoup trop cool
rebienvenue à toi du coup, vraiment hâte de suivre l'évolution de ce petit bijou
Revenir en haut Aller en bas
Basil Cobalt
pick up your heart on the way out.
avatar

Messages : 1288
Avatar, © : irons (©️clau).
Multicomptes : daphne.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-nine.
Job : part-time shrink (bar owner).
Status : sorry we're closed off emotionally.
Top wishes : stick to the plan.

THE GHOST IN YOUR SMILE;
Mood: midnight ramblings and blurring lights.
Relationships:
RP: (fr/eng) closed.

Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Dim 7 Jan - 2:40

tout a déjà été dit, classitude à l'état pur.
(je viens m'installer dans tes mp asap. )

_________________
―― it splinters softly. not a supernova, you could’ve handled an explosion. just this: shifting eyes, shifting hearts. you never paid attention in geography but you know about continental drift, and this is it. countries falling away, peeling apart.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Dim 7 Jan - 10:40

t'es toujours aussi belle avec Oscar
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   Dim 7 Jan - 13:27

mr. la classe, je dois reconnaître.
rebienvenue nadège et oscar te va toujours divinement bien. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: - i will wait my turn, but it goes slow.   

Revenir en haut Aller en bas
 
- i will wait my turn, but it goes slow.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A TOUCH OF MAGIC :: II. / WE ARE, EACH OF US, A LITTLE UNIVERSE :: IN EVERY MAN THERE IS A CHILD :: LOVE AND SOME VERSES-
Sauter vers: